Un Canada pas très dry

Après le parc national des Glaciers, nous avons rejoint le Canada par un petit poste frontière près de Carway. Nous ne le savions pas encore, mais nos trois semaines au Canada seraient ponctuées par des dizaines d’averses mais également une alerte canicule en Alaska et les nombreuses piqûres de moustiques qui vont avec !

On a entamé notre découverte de l’Alberta par le parc de Waterton Lakes. Le hic c’est qu’une bonne partie a été ravagée par un incendie en septembre dernier. Nous n’avons donc eu accès qu’au village de Waterton et au lac qui le borde. Bon, on a quand même pu voir un ours noir traverser la route juste devant nous, ce n’est pas si mal !

La route qui nous a menés au parc Banff traverse d’immenses plaines verdoyantes, très peu peuplées, sauf d’énormes vaches qui semblent nourries aux hormones. On avait hâte d’arriver dans le parc, qui se situe au cœur des Rocheuses Canadiennes. Nous avons notamment pu admirer le lac Minnewanka dont le fond abrite un ancien village englouti par la mise en place d’un barrage, le lac Louise avec le glacier Victoria en fond et le lac Moraine à l’eau turquoise.

Nous nous sommes également baladés dans le Johnston Canyon qui mène à de jolies chutes d’eau.

Nous avons ensuite emprunté la Icefield Parkway (route 93) qui relie la ville de Lake Louise à celle de Jasper. Le ciel s’est rapidement assombri, c’est donc sous le vent et la pluie que nous avons vu le glacier et les chutes d’Athabasca et une grande partie des paysages de la partie est des parcs de Banff et de Jasper. Même sous la grisaille ces décors offerts par la nature sont impressionnants.

Encore une fois, ces grands parcs abritent de nombreuses espèces animales qu’il est possible de croiser à chaque instant. Nous y avons vu des béliers, des ours, des chèvres à long poil blanc, de petits écureuils, des wapitis..

En attendant que le mauvais temps s’éloigne, nous sommes allés nous poser deux jours au bord du joli lac Kinbasket près de Valemount, une petite ville de Colombie Britanique.

On a ensuite repris la route en direction du nord est. Ça fait déjà quelques semaines que nous avons pris la décision de ne pas aller au cœur de l’Alaska comme nous l’avions prévu au départ. Même sur une année de voyage, il nous faut faire des choix. Décider de prendre notre temps pour bien s’imprégner des endroits que l’on traverse, signifie aussi que notre planning initial était un peu trop ambitieux. Rallier Anchorage ou le parc de Denali impliquait aussi des milliers de kilomètres supplémentaires. On s’est d’ailleurs demandés comment l’Alaska a pu devenir le 52ème état américain en étant si géographiquement éloigné du reste du pays. Pour la petite histoire, le territoire a été acheté par les Etats-Unis à l’empire russe en 1867 moyennant 7 millions de dollars. Bon nombre d’américains n’ont pas approuvé l’investissement à l’époque, craignants que cet immense territoire ne soit constitué que de terres désertiques et de banquises. Ce fut pourtant quelques années plus tard, un haut lieu de la ruée vers l’or qui embrasa l’Amérique au 19ème siècle.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que ça fait un truc de plus qu’on aura pas vu aux Etats-Unis et donc qu’on devra y revenir ! 😁

Pour autant, on tenait quand même au symbole de poser le pied en Alaska, aussi quand nos amis Claude et Marie-Jo nous ont parlé d’Hyder, nous n’avons pas hésité. Tout près de ce petit village, situé en Alaska, juste à la frontière avec la Colombie Britannique, se trouve le site de Fish Creek bien connu des grizzlis qui y pêchent le saumon. Nous savions que la période propice pour les observer se situe entre mi-juillet et début août mais dans le doute, on avait quand même envie de tenter le coup ! Bon, bien évidemment, aucun museau de grizzly à l’horizon..

On a compris que la destination valait d’autant plus le détour à l’issue des 30 kilomètres d’une piste avec quelques jolies ornières : on s’est garés face au Salmon Glacier et on y est même restés dormir. Je crois que l’on aura rarement pareille occasion, surtout en étant tous seuls !

Cette fois-ci, nous avions atteint le point le plus au nord de notre périple, maintenant cap au sud.

Nous avons pris la direction de Prince George, ville qui n’offre pas grand intérêt dans l’absolu mais où nous devions recevoir une nouvelle pompe à eau, la nôtre ayant rendu l’âme. Une fois la pompe à eau récupérée et installée par l’ingénieur en chef, nous sommes partis pour Barkerville. 

Il s’agit d’une bourgade fondée en 1862, lorsqu’on y a découvert de l’or et qui comptait 10 0000 habitants à ses grandes heures. Reconstruite après un incendie qui en a détruit la majeure partie en 1868, elle a subsisté jusqu’en 1958, date à laquelle le gouvernement l’a déclarée lieu patrimonial provincial. Aujourd’hui, les bâtiments restaurés et reconstitués se visitent et les rues sont animées par de petits spectacles vivants qui expliquent par exemple le fonctionnement de l’exploitation de l’or.

Nous avons poursuivi notre route via la Sea to sky Highway, en passant par Whistler, station de ski bien connue depuis les jeux olympiques de Vancouver en 2010 et Squamish, puis avons embarqué à Horseshoe Bay pour Nanaimo sur l’île de Vancouver.

Côté météo, la région n’a pas failli à sa réputation : un ciel tout gris et des averses régulières. On comprend bien pourquoi l’île est peuplée de forêts pluviales. Nous y avons passé 4 jours, à nous balader essentiellement en voiture. On retiendra quand même le joli « Twin lakes » ou nous avons bivouaqué deux nuits, le petit port de Telegraph Cove et les retrouvailles avec la pétillante famille d’Opération Raclette Burger (encore une petite parenthèse française bien appréciable à base d’apéros et de partage d’expériences).

On a finalement quitté le Canada par le ferry de Victoria à Port Angeles. Retour aux USA pour un mois et demi en commençant par l’état de Washington et l’Oregon !

11 réponses sur “Un Canada pas très dry”

  1. J’adore j’adore j’adore!!!! Merci de nous emporter avec vous par ces récits. Superbes photos…je trépigne sur mon siège mais je kiffe à fond! Profitez les amis, profitez!!

  2. Poaaa! Les photos sont splendides et je suis jaloux car on n’a pas vu d’ours quand on y était. Je veux y retourner ! 😀
    Vous avez fait la balade jusqu’au glacier au bout du lake Louise ?
    Merci de partager ces jolis moments.
    Bonne route les amis.

  3. Ouaouh vos photos sont magnifiques… les paysages canadiens sont vraiment splendides ! J’adore ! Continuez bien et merci pour ces moments partagés !

  4. De nouveau de belles photos et des ciels spectaculaires! Vos commentaires sont aussi intéressants.
    Vous allez donc vers San Francisco et nous vers le nord-ouest. Dommage pour la soirée crêpes ! Bonne route.

  5. Salut à vous deux
    Quel fantastique voyage!
    Que dire de vos photos?
    Elles sont magnifiques.
    Bonne continuation.
    Bises

    Christophe Lopez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *