Les petits détails qui font le grand confort

Les deux premiers mois nous pouvions presque chaque jour évaluer à l’oeil nu l’avancée des travaux. C’est moins évident lorsqu’il s’agit de l’aménagement intérieur des placards, sauf que … grâce à cela que nous avons désormais l’eau courante, le gaz et l’électricité ! Et ça, ce n’est pas petit !

  • Câblages électriques et raccordements d’eau :

  • Mise en place du chauffe-eau : on a choisi de faire dans la récup : nous avons donc recyclé le chauffe-eau inox à calorie moteur qui était présent dans la cellule à la base. Seul changement, il a trouvé place dans la benne et plus dans dans la cellule. Le gros du travail était surtout dans la connexion avec le circuit de refroidissement du porteur. Pas trivial… à fortiori quand on commande 10 mètres de durite et que l’on reçoit 10 fois, un mètre… A nous les raccords!

  • Installation du bidon de vidange des eaux usées : là encore, récup ! Nous avons réintégré le bidon d’eaux usées d’origine mais à l’extérieur de la cellule, il nous a donc fallu prévoir une évacuation par robinet.

  • Installation de la batterie : coté électricité, on s’est fait plaisir ! Nous avons installé une batterie 100 ampère/heure Lithium Fer Phosphate ( comme les Tesla :p – ouais, on est des dingues 🙂 )

Pourquoi donc installer une batterie high tech au lieu d’une bonne vieille plomb? La réponse est simple : le poids et le volume ! Une batterie plomb équivalente, qui conduirait en gros 160 ampère/heure pèserait ses 40 kilos. Cette version LifePo est à 15kg.

En parallèle, la capacité de charge est hyper intéressante! On peut charger ce bidule à près de 100 ampères… en gros, en une heure, c’est chargé 🙂 Bon après, gaffe au matériel environnant, notre alternateur ne peut délivrer que 100 ampères au total donc on chargera bien en deçà de ces niveaux mais c’est déjà pas mal.

  • Pose des panneaux solaires (3x 100 Watts) : coté solaire, 3 panneaux chinois en souple sont collés directement sur le toit. Ils sont couplés à un régulateur Epever Mppt 30A. L’ensemble tourne bien à priori. En effet, l’hiver nous empêche de tester complètement le système. On verra dans quelques mois 🙂

  • Raccordement du gaz aux plaques de cuisson : ici, RAS : deux bouteilles Butagaz, directement reliées à la plaque de cuisson : on limite les connexions et les risques associés.

  • Pose de la lumière extérieure :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *