Le jour où il a fallu apprendre à couper droit (ou presque)

Après avoir consolidé la « boîte », il faut passer aux choses sérieuses, la meubler.

L’espace de vie de cette cellule est bien plus petit que celle que nous avions auparavant, mais nous essayons de prévoir un maximum de rangements pour ne pas se laisser envahir par la vie quotidienne pendant le voyage (et puis aussi parce que nous sommes franchement bordéliques).

Pour ce qui est de l’espace de vie restreint, on se dit que l’idée c’est de vivre à l’extérieur au maximum et qu’on aura le plus grand jardin du monde : le reste de la planète. Pas si mal non ?

Nous avons choisi de faire les meubles en contreplaqué et de les peindre ensuite. Le rendu final n’est pas parfait mais nous sommes bienveillants et indulgents avec nous-mêmes, on apprend au fur et à mesure, ça ne peut pas être parfait. Reste que le résultat nous va plutôt bien et c’est le principal !

Ah oui, on peint aussi les boiseries de la cellule, là aussi ça n’est pas triste : la peinture orange qu’on a achetée tire franchement vers le rouge, et selon Philippe, donne un air de boucherie à notre maison sur roue. Cet argument achève de me convaincre : on recommence avec cette fois, une vraie peinture orange et c’est beaucoup mieux. Certaines mauvaises langues disent que ça tire sur le saumon, juste pour nous emm*****, mais moi, je n’y crois pas du tout !

  • Le coffre de la capucine

  • Les coffres de la dînette

  • Le meuble d’entrée à gauche

  • Le meuble d’entrée à droite (évier et plaques)

  • Le coffre de l’estrade (sous la table, entre les deux banquettes)

  • La table pivote à la verticale et à l’horizontale pour être rangée la nuit sous le lit et libérer l’accès au coffre de la capucine

Nous en sommes donc à la finition des meubles, la suite au prochain épisode !

Fan et Phil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *