Frontière Bolivie / Chili via Laguna Verde

Nous avons passé la frontière entre la Bolivie et le Chile au sud de la route des lagunes. Le moins que l’on puisse dire c’est que les Boliviens ne sont pas les rois de l’organisation en matière de frontière !

Première étape : annuler l’importation du véhicule. Cette étape se fait (en ce moment car les choses changent en permanence) à côté de la frontière située à Hito Cajon. Le bâtiment des douanes se trouvent juste à côté du geyser de Sol de Manana, à plus de 5000 mètres d’altitude. Il ne faut pas être pressé, nous avons tambouriné une bonne demi-heure à la porte avant qu’un douanier ne vienne nous ouvrir (c’était l’heure du petit déj a priori). En soi, l’opération ne dure quelques minutes, le temps de vérifier que les infos écrites sur le TIP correspondent avec le véhicule. Petit conseil d’ailleurs, il faut bien vérifier TOUT ce qui est inscrit sur le TIP lors de l’importation avant de le signer : le notre comportait une erreur sur la plaque d’immatriculation (que nous n’avions pas vue) , cela a bien failli nous coûter un pot de vin auprès du douanier 😁.

Deuxième étape : passer l’immigration bolivienne pour sortir du pays. Il y a une petite cahute à la sortie du pays, avec un agent des douanes qui a tamponné notre passeport sans dire un seul autre mot. Facile !

Troisième étape : passer l’immigration chilienne (5 kilomètres après la frontière en allant sur San Pedro de Atacama). Questions habituelles (d’où venez-vous, où allez-vous…). Autorisation de rester sur le territoire pour 3 mois.

Quatrième étape : importer le véhicule au Chili. Papiers habituels (carte grise, passeport et permis de conduire). Le TIP est valable 3 mois.

Cinquième étape : passer le véhicule à l’inspection de la douane. Là, les douaniers n’ont pas lésiné sur les moyens : fouille complète du véhicule (tous les placards, arrière du pick-up) et passage de l’endoscope dans le réservoir du véhicule et de toute la carrosserie.

Au Chili, il est interdit d’importer des aliments crus (fruits, légumes, viandes, fromages..) et du miel ! Ils nous ont confisqué des tomates (qu’on avait gardées exprès pour avoir un truc à déclarer) et des abricots secs.

Les très gentils douaniers nous ont ensuite souhaité la bienvenue au Chili et laissés partir ! Clair, rapide et efficace !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *