Floride : entre plages, parcs et buildings

Nous voilà donc en Floride qui mérite bien son surnom de « Sunshine State » : nous avons eu du soleil presque tous les jours et avons assisté à de très beaux couchers de soleil (nous ne sommes souvent pas assez matinaux pour les levers !).

Nous sommes descendus par la côte est, avec comme première étape Saint-Augustine, fondée en 1565 par les Espagnols et réputée comme la plus ancienne ville des Etats-Unis. Certes les petites ruelles sont plutôt jolies mais elles sont pleines de restos à touristes et … de touristes ! Vous me direz que nous en sommes nous aussi, mais nous devons avoir un petit côté « agoraphobe » parce que les endroits bondés de monde nous effraient un peu. C’est toujours un peu le même paradoxe quand on visite un pays : tout à la fois ne pas  « manquer un immanquable » (petit clin d’œil à Christo) et finalement trouver que trop de gens ont eu la même idée que nous.

Nous avons ensuite filé vers Palm Beach, l’une des villes les plus chères des États-Unis (en voyant les immenses maisons et les belles voitures on comprend bien pourquoi 😁) puis vers Miami dont les buildings font tourner la tête. Non contents des dizaines qui existent déjà, ils en font encore pousser à chaque coin de rue ou presque !

Étape suivante, les Keys ! Il s’agit d’un archipel de plusieurs îles toutes reliées par des ponts (le plus long fait 11 kilomètres) qui constituent la « Overseas Highway ». On a entamé cette traversée par des bouchons mais franchement ça valait le coup ! Les Keys offrent des points de vue magnifiques et des dizaines de petites plages bien agréables.

 

Nous avons pu observer quelques ravages de l’ouragan Irma qui a sévi en septembre 2017.

 

 

Notre premier bivouac était plutôt sympa, au bord de l’eau, le deuxième encore plus joli mais nous apprendrons à cette occasion que le camping sauvage est plus encadré que ce que nous pensions : ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’interdiction clairement affichée que c’est autorisé. Au petit matin et sous des trombes d’eau, quelqu’un toque à la porte… Branle bas de combat pour s’habiller en quatrième vitesse et ouvrir à la sherif qui nous indique que dormir ici est illégal. Nous avons eu droit à un contrôle en règle de nos passeports et permis de conduire internationaux. Cela n’ira pas plus loin, nous avons simplement dû plier le camp rapido et quitter les lieux. Nous serons plus vigilants à l’avenir ! Petit sentiment d’injustice tout de même, des canadiens installés juste quelques mètres plus loin mais à l’abri des regards pourront eux finir leur nuit tranquillement !

Retour sur la terre ferme pour rejoindre le parc des Everglades aux milliers d’hectares de verdure et de marais. Le parc compte plusieurs petits sentiers qui permettent de découvrir la faune et la flore locales. Nous avons vu un nombre incalculable de hérons et de cormorans ainsi que quelques alligators qui semblaient sous Prozac : ils peuvent rester immobiles dans l’eau ou sur la terre ferme pendant des heures. Une américaine nous a pourtant dit de ne pas se fier aux apparences : sous leurs airs nonchalants, ils ont vite fait de faire mentir leur réputation dès lors qu’une proie convenable passe à proximité. N’ayant pas besoin de manger souvent, les bestioles chassent plus par opportunisme que pour garder la forme.

  

 

 

 

 

 

Avant notre départ, nos amis Garance et Julian nous avaient offert le pass « America the Beautiful » (encore mille mercis !) qui permet d’entrer dans les parcs nationaux américains (exceptés les State Parks et les sites naturels gérés par les indiens tels que Monument Valley par exemple) et les terres récréatives fédérales. Le pass coûte 80 dollars par an, sachant que l’entrée dans chaque parc revient en moyenne entre 20 et 25 dollars, il est très vite amorti. Le pass, en vente à l’entrée de chaque parc national, est valable pour un véhicule et 4 personnes.

Nous sommes ensuite remontés par la côte ouest de la Floride, bien connue pour ses plages de sables fin. La température de l’eau ne nous a pas permis de nous baigner, tout juste de se tremper les pieds mais quand on regardait le nombre de personnes dans l’eau on s’est dit qu’on était pas les seuls frileux !

Nous avons fait un petit détour par Orlando, non pas pour faire l’un des parcs d’attractions de la région mais pour récupérer un lanterneau et remplacer le nôtre, à moitié arraché par le vent lors de notre arrivée à Baltimore. Philippe a trouvé LE site Fiamma de Floride et Ils avaient UN lanterneau qui traînait au fond d’un carton et qui correspondait exactement à ce dont on avait besoin. Chanceux, non ?

On est ensuite partis se mettre au vert dans la forêt d’Ocala d’une part pour se poser quelques jours au calme après la frénésie des côtes de Floride et aussi pour changer le lanterneau ! On s’est trouvé un joli bivouac au bord du lac Dorr, sous les pins et sans voisin ! Que demander de plus ?

Le site se trouve sur les terres d’une forêt nationale ce qui nous donne, selon le ranger local venu discuter avec nous quelques minutes, l’autorisation de rester ici jusqu’à 14 nuits consécutives. Information intéressante qui orientera probablement le choix de certains de nos bivouacs à l’avenir. Le tout est d’avoir suffisamment d’autonomie en eau et électricité puisqu’il n’y a aucune installation dans le coin.

Philippe a géré le changement du lanterneau en un rien de temps. Nous voilà à nouveau parés à affronter la pluie sans risque de se retrouver avec les pieds mouillés au petit matin. On a rapidement pu vérifier que le boulot avait été bien fait : deux jours après la réparation, nous avons essuyé de belles averses pendant presque une journée entière. Et rien, pas une goutte dans la cellule !

                  

Nous avons terminé notre remontée de la Floride en faisant un petit détour par le parc de « Silver Spring », un brin désuet. On sent que cet ancien parc d’attraction a connu son heure de gloire il y a déjà quelques décennies. Tout semble resté en l’état et donne un petit goût de voyage dans le temps (un peu comme les grottes de Bétharram pour ceux qui connaissent). Nous nous sommes baladés le long de la rivière cristalline que certains descendent en kayak tout en levant le nez de temps en temps pour observer les singes rhésus sauter d’arbre en arbre.

Prochaine étape, la Louisiane !

5 réponses sur “Floride : entre plages, parcs et buildings”

  1. Ca claque! de bien jolies photos et des bivouacs qui font envie avec la petite cabine de douche pliante !
    est-ce que vous avez commencé une collection de stickers supplémentaires à coller sur la cellule?
    La bise à horatio Caine si vous le croisez. 🙂

    1. Nop, je cherche désespérément des stickers des états qu’on traverse mais j’en ai pas encore trouvé ! Et puis le vôtre est trop bien on aurait presque des scrupules à en mettre d’autres à côté 😁

  2. Je vois que l’appareil photo marche à merveille… vos photos sont magnifiques… merci de nous avoir fait partager cette escapade en Floride… bonne continuation à vous !

  3. Bonjour a vous deux,
    Alors là ce n’est pas un voyage de bouffon… ou j’ m’y connais pas!!!
    Faites vous plaisir et prenez en plein la tête.
    JM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *