Argentine : du nord de la Patagonie à Ushuaia

Nous avons retrouvé la famille Birds juste avant de quitter le Chili pour l’Argentine. Nous sommes passés par la petite frontière de Mamuil-Malal pour emprunter la magnifique route des sept lacs, qui part de San Martin de Los Andes et mène à Villa La Angostura.

C’est ici que avons pour la première fois emprunté la fameuse Ruta 40 sur une centaine de kilomètres. En réalité, la Ruta 40 s’étend du nord au sud de l’Argentine, sur plus de 5000 kilomètres. Il s’agit d’une route mythique en Amérique du Sud, au même titre que la Carreterra Australe, son pendant côté chilien.

Dès notre entrée en Argentine, nous étions déjà en Patagonie mais à ce moment là on ne le savait pas ! En fait la Patagonie s’étend du Rio Colorado au nord jusqu’au Cap Horn, tout au sud.

Après la route des 7 lacs, nous avons rejoint Bariloche où nous sommes restés deux jours, le temps de nous remettre des milliers de kilomètres faits au Chili et de faire faire la dernière vidange du voyage à Hordago. C’est important de le souligner car ce n’est pas tous les jours que Philippe daigne laisser son véhicule aux mains d’un mécano. Je précise quand même qu’il a gardé le bonhomme à l’œil pendant toute l’opération, juste au cas où 😁.

Nous avons repris la Ruta 40 pour entrer au coeur de la Patagonie australe. Dans cette partie du pays, elle est goudronnée en quasi totalité, nous avons eu du ripio (route de terre et/ou de pierre) sur quelques centaines de kilomètres seulement. Nous avons longé les Andes et traversé d’immenses steppes arides, vides de presque tout habitant (la Patagonie compte une densité de moins de 4 habitants au kilomètre carré). 

Toujours en compagnie de nos amis les Birds, nous avons visité le site archéologique La Cueva de Las Manos, situé au sud de la ville Perito Moreno, dans la province de Santa Cruz. Le site surplomble la « Valle del Rio Pinturas » et abrite des peintures rupestres, datant de 13000 ans, qui sont très bien conservées. Il s’agit en fait de centaines de mains apposées sur la roche après avoir été enduites de peintures aux pigments naturels. On peut aussi y observer des représentations de guanacos et de scènes de chasse.

Nous avons repris la route en direction d’El Chalten. En chemin, nous nous sommes arrêtés pour prendre en stop André, un cyclotouriste basque qui ne pouvait plus avancer à cause du vent. Il a beau connaître le côté extrêmement venteux de la region (c’est la troisième fois qu’il venait en Patagonie), il était décidé à remonter jusqu’à Puerto Montt. Nous avons été impressionnés par sa ténacité, pousser aussi fort sur le plat pour atteindre les 5kmh, il faut un mental en béton armé!

En arrivant à El Chaltén, j’ai été époustouflée par la vue sur le Fitz Roy (Philippe aussi, mais lui il la connaissait déjà). Nous avons bien fait de profiter de la fin de journée et du coucher de soleil parce que les deux jours suivants ont été bien pluvieux, nous dissuadant de partir en rando pour s’approcher au plus près du Fitz Roy et du Cerro Torre. On aura quand même vu nos premiers condors et même un tatou!

La météo ne semblant pas s’améliorer pour les jours suivants, nous avons repris la route en direction de la ville d’El Calafate, près de laquelle se situe le glacier du Perito Moreno. Une fois de plus, le point de vue était incroyable ! A cet endroit, la langue du glacier est prise entre deux lacs et son front mesure 70 mètres de haut. Comme il progresse chaque jour de deux mètres, cela crée une sorte d’arche entre les deux lacs, qui cède tous les 2 à 4 ans. Ce phénomène doit être incroyable à observer si l’on a la chance d’être au bon endroit au bon moment.

Nous avons passé des heures à nous promener sur les balcons aménagés du parc de Los Glaciares, en guettant la chute de morceaux du glacier, qui se fracture en permanence. C’est impressionnant d’entendre le grondement puis le craquement des blocs qui se détachent et tombent ensuite dans le lac. Nous avons hélas manqué de peu l’effondrement d’un énorme bloc..

Après une nouvelle incursion au Chili pour visiter le parc de Torres del Paine, nous avons dit au revoir aux Birds qui remontaient vers le nord du Chili avant de partir passer les fêtes de fin d’année au Brésil. De notre côté, nous avons continué notre route vers le sud jusqu’en Terre de Feu argentine.

Après tant de kilomètres de plat à travers la pampa argentine, nous avons d’abord longé la côte atlantique puis emprunté une route un peu plus vallonnée et longé les jolis lacs Fagnano et Escondido.

Nous avons ensuite pris la Ruta J, une jolie piste qui longe le canal de Beagle jusqu’au point le plus au Sud du monde où il est possible d’aller en voiture!

Nous sommes aussi bien évidemment allés jusqu’à la ville d’Ushuaia, qui comme nous nous y attendions, ne nous a pas laissé un souvenir impérissable. Pourtant, le symbol était fort, nous étions arrivés au point le plus au sud de notre voyage !

Maintenant, cap au nord !