D’Ushuaïa à Montevideo

Une fois repartis d’Ushuaïa, nous avons remis cap au nord et remonté la Terre de feu jusqu’au canal de Magellan. Sur la route, nous avons rencontré (et transporté!) Arnold, un cycliste hollandais en voyage depuis déjà un an et demi. Après la route de la soie et plusieurs mois en Asie, il est venu en Amérique du Sud et prévoit de remonter jusqu’aux États Unis d’ici octobre 2019, un beau programme ! Hasard du calendrier, nous avons fêté son anniversaire ensemble dans la cellule au bivouac, une jolie soirée! Continuer la lecture de « D’Ushuaïa à Montevideo »

Argentine : du nord de la Patagonie à Ushuaia

Nous avons retrouvé la famille Birds juste avant de quitter le Chili pour l’Argentine. Nous sommes passés par la petite frontière de Mamuil-Malal pour emprunter la magnifique route des sept lacs, qui part de San Martin de Los Andes et mène à Villa La Angostura.

C’est ici que avons pour la première fois emprunté la fameuse Ruta 40 sur une centaine de kilomètres. En réalité, la Ruta 40 s’étend du nord au sud de l’Argentine, sur plus de 5000 kilomètres. Il s’agit d’une route mythique en Amérique du Sud, au même titre que la Carreterra Australe, son pendant côté chilien.

Dès notre entrée en Argentine, nous étions déjà en Patagonie mais à ce moment là on ne le savait pas ! En fait la Patagonie s’étend du Rio Colorado au nord jusqu’au Cap Horn, tout au sud.

Après la route des 7 lacs, nous avons rejoint Bariloche où nous sommes restés deux jours, le temps de nous remettre des milliers de kilomètres faits au Chili et de faire faire la dernière vidange du voyage à Hordago. C’est important de le souligner car ce n’est pas tous les jours que Philippe daigne laisser son véhicule aux mains d’un mécano. Je précise quand même qu’il a gardé le bonhomme à l’œil pendant toute l’opération, juste au cas où 😁.

Nous avons repris la Ruta 40 pour entrer au coeur de la Patagonie australe. Dans cette partie du pays, elle est goudronnée en quasi totalité, nous avons eu du ripio (route de terre et/ou de pierre) sur quelques centaines de kilomètres seulement. Nous avons longé les Andes et traversé d’immenses steppes arides, vides de presque tout habitant (la Patagonie compte une densité de moins de 4 habitants au kilomètre carré). 

Toujours en compagnie de nos amis les Birds, nous avons visité le site archéologique La Cueva de Las Manos, situé au sud de la ville Perito Moreno, dans la province de Santa Cruz. Le site surplomble la « Valle del Rio Pinturas » et abrite des peintures rupestres, datant de 13000 ans, qui sont très bien conservées. Il s’agit en fait de centaines de mains apposées sur la roche après avoir été enduites de peintures aux pigments naturels. On peut aussi y observer des représentations de guanacos et de scènes de chasse.

Nous avons repris la route en direction d’El Chalten. En chemin, nous nous sommes arrêtés pour prendre en stop André, un cyclotouriste basque qui ne pouvait plus avancer à cause du vent. Il a beau connaître le côté extrêmement venteux de la region (c’est la troisième fois qu’il venait en Patagonie), il était décidé à remonter jusqu’à Puerto Montt. Nous avons été impressionnés par sa ténacité, pousser aussi fort sur le plat pour atteindre les 5kmh, il faut un mental en béton armé!

En arrivant à El Chaltén, j’ai été époustouflée par la vue sur le Fitz Roy (Philippe aussi, mais lui il la connaissait déjà). Nous avons bien fait de profiter de la fin de journée et du coucher de soleil parce que les deux jours suivants ont été bien pluvieux, nous dissuadant de partir en rando pour s’approcher au plus près du Fitz Roy et du Cerro Torre. On aura quand même vu nos premiers condors et même un tatou!

La météo ne semblant pas s’améliorer pour les jours suivants, nous avons repris la route en direction de la ville d’El Calafate, près de laquelle se situe le glacier du Perito Moreno. Une fois de plus, le point de vue était incroyable ! A cet endroit, la langue du glacier est prise entre deux lacs et son front mesure 70 mètres de haut. Comme il progresse chaque jour de deux mètres, cela crée une sorte d’arche entre les deux lacs, qui cède tous les 2 à 4 ans. Ce phénomène doit être incroyable à observer si l’on a la chance d’être au bon endroit au bon moment.

Nous avons passé des heures à nous promener sur les balcons aménagés du parc de Los Glaciares, en guettant la chute de morceaux du glacier, qui se fracture en permanence. C’est impressionnant d’entendre le grondement puis le craquement des blocs qui se détachent et tombent ensuite dans le lac. Nous avons hélas manqué de peu l’effondrement d’un énorme bloc..

Après une nouvelle incursion au Chili pour visiter le parc de Torres del Paine, nous avons dit au revoir aux Birds qui remontaient vers le nord du Chili avant de partir passer les fêtes de fin d’année au Brésil. De notre côté, nous avons continué notre route vers le sud jusqu’en Terre de Feu argentine.

Après tant de kilomètres de plat à travers la pampa argentine, nous avons d’abord longé la côte atlantique puis emprunté une route un peu plus vallonnée et longé les jolis lacs Fagnano et Escondido.

Nous avons ensuite pris la Ruta J, une jolie piste qui longe le canal de Beagle jusqu’au point le plus au Sud du monde où il est possible d’aller en voiture!

Nous sommes aussi bien évidemment allés jusqu’à la ville d’Ushuaia, qui comme nous nous y attendions, ne nous a pas laissé un souvenir impérissable. Pourtant, le symbol était fort, nous étions arrivés au point le plus au sud de notre voyage !

Maintenant, cap au nord !

Bolivie : Salar d’Uyuni et Sud Lípez

Après un mois passé à découvrir le Pérou, nous sommes entrés en Bolivie en longeant le lac Titicaca. Nous avons rapidement rejoint la Paz, que nous avons fait l’erreur de traverser en pick up… une heure et demi d’attente derrière les collectivos qui ne démarrent que lorsqu’ils sont au complet, et tout cela au milieu du marché bien sûr ! L’inclinaison de cette ville est incroyable puisqu’il y a plus de 1000 mètres de dénivelé entre le haut et le bas de La Paz.

Continuer la lecture de « Bolivie : Salar d’Uyuni et Sud Lípez »

Frontière Pérou / Bolivie via Desaguadero

Nous avons passé la frontière entre le Pérou et la Bolivie à Desaguadero, le long du lac Titicaca, ou presque ! Et en plus en une heure tout était plié : nous n’étions que trois véhicules à passer la frontière, le plus long a été d’attendre que le douanier péruvien revienne de sa pause déjeuner 😁. L’immigration et la douane pour l’importation du véhicule ont lieu au même endroit pour les deux pays, pratique !

Continuer la lecture de « Frontière Pérou / Bolivie via Desaguadero »

Équateur, la traversée à cent à l’heure

Nous avons quitté la Colombie par Ipiales pour entrer en Équateur. A peine la frontière passée, le changement est radical : les routes sont nickels et quasi neuves ! Un vrai bonheur après les travaux et les énormes nids de poule Colombiens ! Nous avons roulé, toujours en compagnies des brésiliens Manny et Willian, jusqu’à la ville d’Ibarra.

Continuer la lecture de « Équateur, la traversée à cent à l’heure »

Hordago sur les routes du Mexico !

Après notre courte étape en Baja California, nous sommes arrivés en ferry à Mazatlán, dans l’état de Sinaloa.

Aux États-Unis, nous avions rapidement acté que ce serait les grands espaces qui allaient nous « scotcher ». La plupart des villes se limitent à un downtown / centre d’affaires et d’immenses centres commerciaux. Au Mexique, nous sommes dans une configuration presque diamétralement opposée : les villes sont au cœur de la vie mexicaine et sont chargées d’histoire. Nous avons fait étape dans plusieurs d’entre elles sur la route de Veracruz.

Continuer la lecture de « Hordago sur les routes du Mexico ! »

Wyoming et Montana : de parc en parc !

Quand on a préparé ce voyage (si, si on avait bossé le circuit en amont, même si, quand on regarde le trajet sur la carte jusqu’ici, on cherche quelque peu la logique), cette partie des Etats-Unis était une étape importante : Grand Teton, Yellowstone, le parc des Glaciers, des lieux qui nous faisaient rêver ! Eh ben, après coup, on peut vous dire qu’on n’a pas été déçus !

Continuer la lecture de « Wyoming et Montana : de parc en parc ! »

Trois mois en cellule, le bilan

La vie quotidienne en pick up cellule, nous avions déjà testé pendant un gros mois lors de notre trip en Islande en 2016. Oui mais voilà, non seulement la durée était plus courte mais la cellule était plus grande (on voyageait à bord d’un Nissan D21 surmonté d’une cellule Clémenson, ensemble qui serait baptisé « Turbo » 2 ans plus tard et qui partirait découvrir la route de la soie avec à son bord, Camille et Christophe).

Continuer la lecture de « Trois mois en cellule, le bilan »

Nevada et Californie, entre décadence et calme plat

Après Zion et ses milliers de visiteurs, nous aspirions à un peu de solitude. Le lac Mead a complètement répondu à nos attentes. Nos premiers voisins étant à plusieurs centaines de mètres, nous avons eu tout le loisir de rester un peu dans notre bulle. Nous avons donc passé quelques jours au bord du lac, à lire, à se dorer la pilule et à observer les américains faire joujou avec leurs quads sur les pistes environnantes, le tout dans un décor magnifique.

Continuer la lecture de « Nevada et Californie, entre décadence et calme plat »

Utah : des Arches à Bryce Canyon

Nos premiers jours dans l’Utah ont été consacrés à de la mécanique (à croire qu’Hordago a estimé que ça faisait trop longtemps que mon amoureux n’avait pas mis les mains dans le cambouis). Philippe a donc changé, sur un emplacement de camping et par moins de 10 degrés, les deux cardans du pick-up. Opération brillamment réussie après une bonne journée de travail (c’est qu’on n’a plus l’habitude nous 😁).

Continuer la lecture de « Utah : des Arches à Bryce Canyon »

Nouveau-Mexique, une jolie surprise !

En arrivant au Nouveau-Mexique, nous imaginions un état semblable au Texas, un décor de western grandeur nature, avec d’immenses plaines arides, des hommes portant un chapeau de cow-boy et des tumbleweed qui traversent la route (les fameux buissons qu’on voit toujours dans les films au moment des duels). Eh bien c’est vrai, mais en partie seulement ! Le Nouveau-Mexique c’est aussi des canyons, des hauts plateaux et des montagnes aux sommets encore enneigés. Et c’était aussi, avant qu’elles en soient chassées ou dépossédées, la terre de plusieurs tribus indiennes.

Continuer la lecture de « Nouveau-Mexique, une jolie surprise ! »

Louisiane, un petit air de France

Vous l’aurez compris dans l’article précédent, on tient plutôt à rester au sud du pays pour profiter du soleil pendant que les états plus au nord avoisinent les 5 degrés (un peu comme en France ces jours-ci, vous voyez donc de quoi je parle 😁). Ne pouvant aller plus au Sud, nous avons entamé une grande traversée vers l’ouest en commençant par la Louisiane, un territoire au passé historique fort.

Continuer la lecture de « Louisiane, un petit air de France »

Récupération du véhicule à Baltimore

Le roro qui transportait Hordago est arrivé le mardi 27 février 2018 au port de Baltimore. Il faut en général compter deux jours ouvrables avant de pouvoir récupérer son véhicule, ce qui nous allait parfaitement puisque nous sommes arrivés le jeudi 1er mars sur le sol américain. Pour autant, Seabridge nous avait indiqué qu’il est possible de laisser le véhicule 5 jours ouvrables sur le port sans aucun frais.

Continuer la lecture de « Récupération du véhicule à Baltimore »

La préparation du Ranger

Partir au bout du monde avec un véhicule, c’est bien joli, faut-il seulement que l’engin soit à la hauteur des attentes!  Et quelles attentes! Assurer de longues liaisons (comme celle qui nous attend pour traverser la France et rejoindre Anvers), cruiser tranquillement sur les petites routes du réseau secondaire américain (on se voit déjà en mode carte postale avec le Far West en fond), s’aventurer dans d’improbable pistes sur le Salar d’Uyuni, affronter le froid de l’Alaska ou les chaleurs du désert d’Atacama, découvrir l’Ardèche profonde pour passer une nuit au camping marcolais, le Gourjatoux  (ok, ça, c’est peut-être pas si dur :p )

Continuer la lecture de « La préparation du Ranger »

Le jour où l’on a su que le vendredi 13 porte chance

Vu l’enjeu de l’obtention du visa pour les Etats-Unis, le moins que l’on puisse dire c’est qu’en termes de délai, nous avions prévu large. Nous sommes donc partis le jeudi en début d’après-midi en train, de Valence TGV à Marne-la-Vallée Chessy (Si si, c’est important de le noter parce nous avons finalement mis autant de temps pour traverser un bon bout de la France que pour traverser Paris…).

On voulait vraiment dormir sur Paris pour ne pas faire les frais d’un retard (inopiné ?) de la SNCF de bon matin. Nous avons donc été accueillis par Allan et Karima, des amis parisiens, qu’on remercie vraiment pour le gîte, le couvert (excellent) et les discussions de voyage jusque tard dans la soirée.

Continuer la lecture de « Le jour où l’on a su que le vendredi 13 porte chance »

La demande de visa pour les Etats-Unis

Comme nous projetons de passer entre 5 et 6 mois aux Etats-Unis, nous ne pouvions pas nous contenter de faire une demande d’autorisation électronique de voyage ESTA (cette autorisation qui coûte 14 dollars est valable pendant 2 ans durant lesquels il est possible de se rendre plusieurs fois aux Etats-Unis dans la limite de 90 jours).

Nous nous sommes donc rendus sur le site officiel (https://fr.usembassy.gov/fr/visas-fr/) afin de savoir quel était le visa adapté à notre situation. Comme nous souhaitons voyager à travers les Etats-Unis, c’est le visa B2 qui s’applique.

Continuer la lecture de « La demande de visa pour les Etats-Unis »

Ca prend forme !

A première vue meubler un si petit espace ne nous semblait pas devoir prendre beaucoup de temps. Après nos deux semaines de vacances fin août, il ne restait « plus qu’à » découper et poser les façades des meubles, les étagères, les tiroirs et le boutons de porte. Facile …

Et bien en fait, ça prend plus de temps qu’on ne le pense. Philippe s’est battu avec courage contre les tiroirs qui ne fermaient pas ou qui n’étaient pas droit les uns par rapport aux autres. Et cela a fini par payer 🙂

Continuer la lecture de « Ca prend forme ! »

Le jour où il a fallu apprendre à couper droit (ou presque)

Après avoir consolidé la « boîte », il faut passer aux choses sérieuses, la meubler.

L’espace de vie de cette cellule est bien plus petit que celle que nous avions auparavant, mais nous essayons de prévoir un maximum de rangements pour ne pas se laisser envahir par la vie quotidienne pendant le voyage (et puis aussi parce que nous sommes franchement bordéliques).

Pour ce qui est de l’espace de vie restreint, on se dit que l’idée c’est de vivre à l’extérieur au maximum et qu’on aura le plus grand jardin du monde : le reste de la planète. Pas si mal non ?

Continuer la lecture de « Le jour où il a fallu apprendre à couper droit (ou presque) »

Surprise surprise !!!

Cela faisait quelques semaines que nous scrutions les annonces sur un site bien connu à l’affût de l’affaire du siècle : une cellule à toit relevable pas trop chère ! Autant vous dire que les offres ne sont pas légion : à priori, une cellule, ça ne décote pas, ou très peu.

Et puis un dimanche, l’annonce parfaite : une cellule qui semble quelque peu défraîchie et dont bon nombre d’équipements sont en carafe mais qu’importe, Philippe est toujours plein d’idées et ne s’avoue jamais vaincu lorsqu’il s’agit de trouver des solutions pour réparer un truc qui ne marche pas. Pour le coup, la cellule n’est vraiment pas chère (quoi ? ah, vous croyez qu’on aurait dû se douter de quelque chose ? Peut-être oui…)

Continuer la lecture de « Surprise surprise !!! »